consumer


consumer

consumer [ kɔ̃syme ] v. tr. <conjug. : 1>
• v. 1120; lat. consumere « détruire » consommer
1(XIIe) Littér. Épuiser complètement les forces de (qqn). abattre, épuiser, fatiguer, miner, ronger, user. La passion, le chagrin le consume.
(XVIIe) La maladie, la fièvre qui le consumait.
Pronom. (réfl.) Il se consume de douleur. « Il ne pouvait plus guère travailler, tant il se consumait et s'affaiblissait » (Sand ). dépérir.
2(1538) Vx ou littér. Dissiper complètement (l'argent; des aliments, etc.). consommer. « Il consume son bien en des aumônes et son corps par la pénitence » (La Bruyère). « Un jour de larmes consume plus de forces qu'un an de travail » (Lamartine). « Ces trois années, mon père les avait consumées en des efforts d'esprit » (Duhamel).
3(1546) Cour. Détruire par le feu. brûler, calciner, dévorer. Le feu a consumé tout un quartier. incendier. « Le corps était déjà consumé par les flammes » (Fénelon). Pronom. (pass.) Le cigare se consume lentement.
⊗ CONTR. Fortifier; conserver, entretenir; éteindre.

consumer verbe transitif (latin consumere, détruire) Détruire peu à peu quelque chose en le réduisant à rien, spécialement par l'action du feu ou d'une très forte chaleur : Le feu a consumé tous les livres. Littéraire. En parlant d'un sentiment, faire dépérir quelqu'un peu à peu, épuiser ses forces, son énergie : Le chagrin le consume.consumer (difficultés) verbe transitif (latin consumere, détruire) Orthographe Consommer, avec deux m ; consumer, avec un seul m. ● consumer (synonymes) verbe transitif (latin consumere, détruire) Détruire peu à peu quelque chose en le réduisant à rien...
Synonymes :
- brûler
Littéraire. En parlant d'un sentiment, faire dépérir quelqu'un peu à peu...
Synonymes :
- dévorer
- épuiser

consumer
v. tr.
d1./d Détruire par combustion. Le feu consuma l'édifice.
|| v. Pron. Les braises se consumaient lentement.
d2./d Litt. épuiser, faire dépérir. La fièvre, les chagrins le consument.
|| v. Pron. Dépérir, s'épuiser. Se consumer de chagrin.

⇒CONSUMER, verbe trans.
A.— [Le suj. désigne un agent, un principe destructeur; le compl. désigne une chose concr.] User, détruire progressivement une chose par altération ou anéantissement de sa substance.
1. Vieilli, littér. [Le suj. désigne un agent destructeur autre que le feu] :
1. Ici on voit des toits affaissés, dont les chevrons vermoulus et les fers consumés par la rouille, annoncent l'antiquité et la décadence;
CRÈVECŒUR, Voyage dans la Haute Pensylvanie, t. 1, 1801, p. 216.
Emploi pronom. [Le suj. désigne une chose destructible] :
2. ... le laboureur corse... met le feu à une certaine étendue de bois... les racines qui sont restées en terre sans se consumer poussent, au printemps suivant, des cépées très épaisses...
MÉRIMÉE, Mosaïque, 1833, p. 3.
2. Spéc., usuel [Le suj. désigne le feu ou p. méton. un appareil ou dispositif qui brûle, ou dans lequel on brûle du combustible] L'imperceptible travail de la flamme consumant la cire odorante des flambeaux (G. SAND, Lélia, 1839, p. 453). Ces fours [à plusieurs étages] ... consument moins de combustibles que trois fours séparés (A. BRONGNIART, Traité des arts céramiques, 1844, p. 194).
Rem. Dans la docum. ce sens est surtout attesté au passif (avec ou sans auxiliaire) : la victime fut consumée par le feu; ce flambeau sera bientôt entièrement consumé. Sir Arthur jeta son cigare à demi consumé dans le feu (PONSON DU TERRAIL, Rocambole, t. 3, Le Club des Valets de cœur, 1859, p. 119). Une bougie consumée témoignait de sa longue veille (COLETTE, La Maison de Claudine, 1922, p. 115).
Emploi abs. La chaleur consume, le froid conserve (A. ARNOUX, Carnet de route du Juif Errant, 1931, p. 265).
Rare. [Le suj. désigne une pers.] Synon. de fumer (du tabac). C. consumait doucereusement un havane et s'enveloppait de flocons de fumée blanche (VILLIERS DE L'ISLE-ADAM, Contes cruels, Le Convive des dernières fêtes, 1883, p. 132).
Emploi pronom. [Le sujet désigne une chose combustible] Les bûches humides d'un mauvais bois flotté se consumaient sans flamme et sans chaleur (MURGER, Scènes de la vie de bohème, 1851, p. 285). La cigarette achevait de se consumer dans le cendrier (DUB. 1967).
♦ [Avec un compl. prép. introduit par en indiquant la manière ou le résultat de la combustion]. Un flambeau qui se consume en clarté (ZOLA, La faute de l'abbé Mouret, 1875, p. 1480). Le feu achevait de se consumer en braise (ZOLA, La Bête humaine, 1890, p. 171).
B.— P. métaph. ou au fig., littér.
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) Consumer ses biens, sa fortune. Les dépenser, les dissiper sans discernement, inutilement. Il consume tout son bien en débauches; il a consumé tout son patrimoine (Ac. 1835-1932). Il [le duc] avait consumé un million dans l'achat de la cité miniature... Il ne le regrettait pas (MORAND, Fin de siècle, 1957, p. 190). Scandaleux sybarites, les uns font vœu de pauvreté, et ils consument dans le faste et les voluptés mondaines le bien des pauvres (MARAT, Les Pamphlets, Offrande à la Patrie, 1789, p. 4).
b) Consumer son temps, sa vie. Employer son temps à des choses futiles et sans intérêt. Les rois égyptiens consumaient ainsi leur existence à préparer leur tombeau (ESTAUNIÉ, L'Empreinte, 1896, p. 265). Les innombrables heures infernales que j'ai consumées sur ce canapé (G. DUHAMEL, Confession de Minuit, 1920, p. 49). Il [mon père] trouvait dérisoire qu'on consumât sa vie dans de poussiéreux travaux d'érudition (S. DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 177).
Emploi pronom. Notre courte existence se consumerait en une suite interminable et illusoire de déplorables essais (COMTE, Cours de philos. positive, t. 5, 1839-42, p. 353) :
3. ... un nombre incalculable d'heures de présence, qui se consument en oisiveté bovine ou en travail plus abêtissant que l'oisiveté.
COLETTE, L'Envers du music-hall, 1913, p. 216.
2. [Le sujet désigne la cause du dépérissement physique et/ou de l'accablement moral d'une personne : épreuve, maladie, sentiment, etc.] User progressivement une personne, épuiser ses forces ou son énergie, lui faire perdre sa santé. Les ennuis, les chagrins le consument (Ac. 1835-1932). Une plaie incurable me consume, un mal implacable me dévore... (CHÉNIER, Bucoliques, 1794, p. 127). Ce besoin de bonheur qui consume les mortels (Mme DE STAËL, Corinne, t. 2, 1807, p. 2). Cette passion qui le consume et finira par le détruire (G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Cécile parmi nous, 1938, p. 269).
Rem. 1. Cet emploi apparaît souvent dans le cadre des métaphores du feu : Un feu secret la consume lentement (Ac. 1835-1932). Le rappel de certains souvenirs l'enflamme et le consume, le rappel d'autres souvenirs le glace et il en meurt (L. DE VILMORIN, Madame de, 1951, p. 87). 2. Dans la docum. le passif est plus fréq. que l'actif. Être consumé de regrets (Ac. 1835-1932). Un fils consumé par le chagrin (FIÉVÉE, La Dot de Suzette, 1798, p. 73). Une femme consumée par un amour sans espoir (BALZAC, La Duchesse de Langeais, 1834, p. 338).
Emploi pronom. [Le sujet désigne une pers., une de ses facultés, un groupe de pers.] Il [Sylvinet] ne pouvait plus guère travailler, tant il se consumait et s'affaiblissait (G. SAND, La Petite Fadette, 1849, p. 263) :
4. Tu te consumes, tu es consumée de tristesse, tu es perdue de tristesse, tu as, pauvre grande, tu as une fièvre, une fièvre de tristesse, et tu ne guéris point, tu ne te guéris jamais. Tu as une grande fièvre.
PÉGUY, Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc, 1910, p. 16.
♦ [Accompagné d'un compl. prép. à, dans, de, en, indiquant la cause ou la manière] Se consumer d'amour, de chagrin; se consumer en efforts. Il se consume de tristesse et d'ennui (Ac. 1835-1932). Que te sert de te consumer dans les travaux, de t'user avant l'âge? (LEMERCIER, Pinto, 1800, I, 8, p. 27). Et toi, mon élève et ma gloire, tu te consumes au travail (ZOLA, Sylvanire, 1902, I, 2, p. 612). Claude, pendant deux ans, s'était consumé d'amour pour une apprentie chapelière (ZOLA, L'Œuvre, 1886, p. 40). Il fallut encore se consumer une heure en impatiences vaines (ESTAUNIÉ, Les Choses voient, 1913, p. 85) :
5. À mesure que l'empire s'affaiblissait, se consumait dans l'anarchie, ces invasions devenaient plus fréquentes et le nombre des barbares qui se pressaient aux portes semblait croître.
BAINVILLE, Histoire de France, t. 1, 1924, p. 17.
Rem. gén. 1. Pour la confusion entre consumer et consommer cf. consommer rem. gén. 2. On rencontre ds la docum. des emplois adj. du part. passé consumé. Pays malingre et consumé, tandis que l'Égypte est ardente et fertile, chaude et riante (FROMENTIN, Voyage en Égypte, 1869, p. 99). Au fig. Son visage [de Germinie] consumé, décharné, funèbre, regardait comme une tête de mort amoureuse (E. et J. DE GONCOURT, Germinie Lacerteux, 1864, p. 244). Emploi subst. Elle [la femme à tempérament] se présente d'ordinaire sous deux types très différents : la plantureuse et la consumée (BOURGET, Physiol. de l'amour mod., 1890, p. 101). 3. Lar. 19e, Lar. Lang. fr., LITTRÉ, GUÉRIN 1892, ROB. et QUILLET 1965 enregistrent l'adj. consumable « qui peut être consumé ».
Prononc. et Orth. :[], (je) consume []. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. 1120-50 « détruire » (Vers del Juise, 392 ds T.-L. : Mes cors fut consumeiz); en partic. 1562 (CALVIN, Serm. s. le Deuter., p. 1122b : Dieu est appellé un feu consumant); 1690 (FUR. : Il a une fièvre lente qui le consume); 2. p. ext. 1448 consumer son temps (Arch. Nord, B 1684, fol. 45 ds IGLF). B. 1538 « faire disparaître par l'usage » (EST.) — Trév. 1771. Empr. au lat. class. consumere (de sumere « prendre, saisir ») « absorber entièrement, faire disparaître, détruire [sens propre et fig.] » en partic. « détruire en absorbant [de la nourriture] ». Le sens « accomplir » attesté pour consumer aux XVIe-XVIIe s. (RABELAIS, Pantagruel, VIII, éd. Marty-Laveaux, t. 1, p. 253 — CORNEILLE, Nicomède, V, 4 ds LITTRÉ) et le sens B ultérieurement assumé par consommer, traduisent l'hésitation existant à cette époque entre les deux verbes, v. consommer. Fréq. abs. littér. Consumer : 904. Consumé : 476. Fréq. rel. littér. Consumer : XIXe s. : a) 2 152, b) 968; XXe s. : a) 925, b) 931. Consumé : XIXe s. : a) 906, b) 539; XXe s. : a) 572, b) 616.
DÉR. Consumation, subst. fém., rare, littér. Action de consumer quelque chose, de détruire quelque chose (comme) par le feu, progressivement et complètement. La fête ancienne, oubli de tout projet, consumation délirante (G. BATAILLE, L'Expérience intérieure, 1943, p. 80). Cette consumation ardente de l'existence en rapproche [de la mort]. Ce contraste sombre, n'exalte-t-il pas, d'ailleurs, l'éclat et les feux dévorants de la vie? La fuite des êtres, des choses, des instants (HUYGHE, Dialogue avec le visible, 1955, p. 398). 1res attest. XVe s. « destruction » (Jard. de santé, I, 6 ds GDF. Compl. : Faire les cuire et boullir jusques a la consumation et consumption de la moitié), attest. isolée, à nouv. au XXe s. 1943 (G. BATAILLE, loc. cit.); de consumer, suff. -(a)tion; pour les interférences entre consommation et consumation cf. consumacion dou mariaige 1415 (Arch. Nord, B 10379, f° 36 r° ds IGLF), XVIe s. consumation du monde (TAHUREAU, 2e Dial. du Democritie, p. 129 ds HUG.), v. consommer. Fréq. abs. littér. : 4.
BBG. — DUCHÁ (O.). L'Interdépendance et l'interaction du contenu et de l'expr. Orbis. 1972, t. 21, p. 475.

consumer [kɔ̃syme] v. tr.
ÉTYM. V. 1120; lat. consumere « détruire; consommer » (→ Consommer), de sumere « prendre ».
1 Vx. Détruire peu à peu dans sa substance. Anéantir, détruire, dévorer, ronger, user. || La rouille consume le fer. Corroder.
(1546). Mod. Détruire (par le feu). Brûler (cit. 1, 35, 58), calciner (cit. 3, 4), dévorer, embraser. || Le feu a consumé tout un quartier. Incendier.
1 L'or s'épure dans le même feu où la paille est consumée.
Bossuet, Disc. sur l'hist. universelle, II, 22.
2 Le corps était déjà consumé par les flammes.
Fénelon, Télémaque, 17.
2 (1538). Vx ou littér. Dissiper complètement (l'argent; des aliments. Consommer). || Le temps consume tout. Absorber, détruire, ruiner.(Sujet n. de personne). || Il a consumé tout son avoir, tout son patrimoine. Dépenser, dissiper, manger.
3 (…) de son bien en procès consume le plus beau.
Racine, les Plaideurs, I, 5.
4 (…) il consume son bien en des aumônes, et son corps par la pénitence (…)
La Bruyère, II, 25.
5 S'il (l'homme) était haut comme les plus grands clochers, un petit nombre d'hommes consumerait en peu de jours tous les aliments d'un pays.
Fénelon, Traité de l'existence de Dieu, 12, in Littré.
3 (XIIe). Littér. Épuiser complètement les forces de (qqn). Abattre, affaiblir, dévorer, diminuer, éteindre, épuiser, fatiguer, ruiner, ronger, user; et aussi consomption.(1690). || La maladie, la fièvre qui la consumait.Passif et p. p. → ci-dessous, cit. 6 et 7.
6 (…) de ses feux mon âme consumée (…)
Molière, Dom Garcie, V, 6.
7 C'est votre plus grand mal (la sensibilité), vous en êtes dévorée et consumée (…)
Mme de Sévigné, 622, 3 juil. 1677.
8 Mais, au contraire, c'est son ardeur même qui le consume (l'amour); il s'use avec la jeunesse, il s'efface avec la beauté, il s'éteint sous les glaces de l'âge (…)
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, II, 20.
9 Un jour de larmes consume plus de forces qu'un an de travail.
Lamartine, Graziella, Épisode, XIX, p. 52.
10 (…) malgré elle, le regret fut grand et elle en fut longtemps malade d'une petite fièvre qui la consumait tout doucettement, sans que personne y fît attention.
G. Sand, François le Champi, XI, p. 93.
11 (…) ce regard, si peu humain, éveillait l'idée d'un feu caché, brûlant sans trêve au dedans de lui, consumant l'être, se nourrissant de sa substance.
Martin du Gard, les Thibault, t. V, p. 84.
4 (Le compl. désigne le temps). Employer sans réserve. Consacrer, employer, passer, prodiguer. || Consumer son temps, sa vie à un ouvrage; dans l'étude, le travail.
12 (…) nous pouvons être hommes sans être savants; dispensés de consumer notre vie à l'étude de la morale, nous avons à moindre frais un guide plus assuré dans ce dédale immense des opinions humaines.
Rousseau, Émile, IV.
13 Ces trois années, mon père les avait consumées en des efforts d'esprit si rigoureux (…)
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, I, II, IV.
——————
se consumer v. pron.
1 (Passif). Être détruit par le feu. || Les bûches se consument dans la cheminée.
13.1 Quelques arbres, auxquels les indigènes ont mis le feu, se consument lentement par la base.
Gide, Voyage au Congo, in Souvenirs, Pl., p. 691.
2 (Réfl.). Épuiser sa santé, ses forces (à cause de, par…). Se consumer de douleur, d'amour. Se consumer en efforts inutiles. Se consumer d'ennui. Sécher (sur pied).Absolt. || Cet homme se consume. Dépérir.
14 L'impression de terreur qu'elle avait conservée d'un si affreux réveil ne lui laissa jamais reprendre la gaieté ni les jeux de son âge; elle n'a fait que languir depuis, et se consumer peu à peu.
P.-L. Courier, Pamphlets politiques, Pétition aux deux Chambres, Pl., p. 6.
15 Il ne riait plus jamais; il ne prenait goût à rien, il ne pouvait plus guère travailler, tant il se consumait et s'affaiblissait.
G. Sand, la Petite Fadette, XXXI, p. 206.
16 (…) elle était de ces esprits qui se consument eux-mêmes par leur trop de flamme (…)
Sainte-Beuve, Correspondance, t. II, p. 368.
17 De onze à dix-huit ans, il se consuma comme du papier d'Arménie qui brûle vite et ne sent pas bon.
Cocteau, Le Grand Écart, p. 16.
——————
consumé, ée p. p. adj.
|| Consumé par les flammes.Cœur consumé d'amour.
18 Quand je vous verrai comme vous devez être (…) non pas usée, consumée, dépérie, échauffée, épuisée, desséchée (…)
Mme de Sévigné, 630, 28 juil. 1677.
CONTR. Éteindre, refroidir. — Créer. — Fortifier, remonter. — Entretenir.
DÉR. Consumable, consumant. — V. Consumation.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • consumer — con·sum·er n: one that utilizes economic goods; specif: an individual who purchases goods for personal use as distinguished from commercial use Merriam Webster’s Dictionary of Law. Merriam Webster. 1996. consumer …   Law dictionary

  • consumer — con‧sum‧er [kənˈsjuːmə ǁ ˈsuːmər] noun [countable] 1. MARKETING a person who buys goods, products, and services for their own use, not for business use or to resell: • Demand for autos is increasing as consumers feel more confident about the… …   Financial and business terms

  • Consumer IR — Consumer IR, consumer infrared, or CIR, refers to a wide variety of devices employing the infrared electromagnetic spectrum for wireless communications. Most commonly found in television remote controls, infrared ports are equally ubiquitous in… …   Wikipedia

  • consumer — Consumer, et user, Absumere, Consumere, Prodigere. Consumer tout à fait, Abuti. Consumer les biens d autruy, Comedere aliquem. Consumer en frottant, Atterere. Le soing me consume et gaste, Coquit me cura. Consumer et user à force de frotter,… …   Thresor de la langue françoyse

  • consumer — CONSUMER. v. a. Détruire, user, réduire à rien. Le feu consuma tout ce grand édifice en deux heures de temps. La victime fut consumée par le feu. Le temps consume toutes choses. Il consume tout son bien en débauches. Il a consumé son patrimoine.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • consumer — early 15c., one who squanders or wastes, agent noun from CONSUME (Cf. consume). In economic sense, one who uses up goods or articles (opposite of producer) from 1745. Consumer goods is attested from 1890. In U.S., consumer price index calculated… …   Etymology dictionary

  • Consumer — Con*sum er (k[o^]n*s[=u]m [ e]r), n. 1. One who, or that which, consumes; as, the consumer of food. [1913 Webster] 2. (Econ.) the person or organization that uses some item of commerce or service in its own acitities, as opposed to reselling the… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • consumer — CONSUMER. v. a. User, dissiper, destruire, reduire à rien. Le feu consuma tout ce grand édifice en deux heures de temps. la victime fut consumée par le feu. le temps consume toutes choses. il consume tout son bien en desbauches. il a consumé son… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • consumer — /konˈsumər, ingl. kənˈsjuːmə(r)/ [dal v. ingl. to consume «consumare»] A s. m. e f. inv. consumatore B agg. inv. (nel marketing) privato CONTR. business, business to business …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione

  • consumer — [n] person who buys merchandise, services buyer, customer, end user, enjoyer, purchaser, shopper, user; concept 348 Ant. marketer, merchandiser …   New thesaurus


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.